Le centre historique de Mexico : de la patrimonialisation du site à la gentrification

J'ai eu l'occasion de découvrir ce livre grâce à l'opération Masse critique Non-fiction de Babelio.

Le sujet m'intéresse plus particulièrement, étant dans ce domaine professionnellement.

L'auteur, , est géographe, professeur de sociologie urbaine à l’Université autonome métropolitaine (UAM) de Mexico. Ses recherches portent sur l’habitat populaire en Amérique latine, la cartographie sociale et les conflits socio-environnementaux associés aux grands projets d’aménagement du territoire au Mexique.

 

 

calle regina.jpg

 

 

Il consacre un chapitre entier aux acteurs majeurs de ce repeuplement du Centre historique. Il décrit la classe socio-professionnelle supérieure composée d'artistes et de cadres qui ont investi, soit en tant que propriétaire ou en tant que locataire, et qui font appui sur le gouvernement pour faire changer le quartier (baisse de l'insécurité, interdiction de l'ambulantage). Il explique également comment les classes populaires se sont unis pour créer un mouvement qui impulse des projets de logements sociaux et qui garde la mémoire des luttes sociales dans le Centre historique en tant que patrimoine immatériel. L'auteur retrace de manière très intéressante ces grandes luttes sociales durant le siècle dernier. Ces résistances populaires se battent également contre les expulsions et l'augmentation exubérante des loyers. La description des différentes organisations qui se battent pour négocier des réhabilitations avec les autorités, comme le MUP, est éclairante sur les enjeux politiques de l'avenir du Centre historique.

La création d'une Ecole de formation citoyenne et de conservation du patrimoine comme lieu d'échanges et de participation au débat sur l'avenir du Centre historique de Mexico est très intéressante, tout comme les comités citoyens qui se sont créés afin de pouvoir faire porter des voix différentes.

 

Le livre est passionnant et nous montre à quel point l'inscription comme patrimoine mondial de l'Unesco a obligé les autorités mexicaines à établir un plan de gestion du site en prenant en compte les habitants déjà présents et en modifiant complétement l'ambiance de certaines rues afin de les rendre accueillantes et sécurisées pour les touristes et pour des habitants d'autres catégories socio-professionnelles. Les nombreux plans, cartographies, schémas et photographies soulignent le propos du livre et permettent de mieux appréhender la géographie particulière du lieu.

 

 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://blog.wilena.fr/index.php?trackback/8

Fil des commentaires de ce billet